De quoi le « Rassemblement National » est-il le nom ? 

De quoi le « Rassemblement National » est-il le nom ? 

Marine Le Pen a annoncé lors du congrès du FN que son parti devienne le « Rassemblement National ». Avant cette annonce, elle avait confié avoir beaucoup réfléchi sur le choix du nom, sur le sens des mots, sur sa prétendue volonté de tourner la page de son père. Pourtant, en choisissant ce nouveau nom, Marine Le Pen  s’inscrit pleinement dans la continuité et la tradition de l’extrême-droite française et, en dépit des apparences et des dénégations, persiste dans la filiation idéologique qu’elle a toujours eue avec Jean-Marie Le Pen.

Le « Rassemblement national » est un nom chargé, c’est le moins que l’on puisse dire. Et faire ce choix, en toute connaissance de cause, est une nouvelle provocation. Comment ne pas penser au « Rassemblement National Populaire », parti collabo fondé par Marcel Déat et dont le programme se résumait à vouloir « protéger la race » et à promouvoir l’instauration d’un « parti unique ». A la LICRA, nous savons à quoi renvoie ce nom. Notre mémoire a conservé la trace amère de ce soir du 9 avril 1941 où les nervis du Rassemblement National Populaire – avec leurs amis du Mouvement social révolutionnaire ) chemises bleues et cravates rouges, investirent de force les locaux de notre association, situés alors rue de Paradis, pour les occuper, pour ne pas dire les spolier, jusqu’à la Libération, sous les applaudissements des antisémites du Paris occupé.

Le Rassemblement National renvoie aussi au « Rassemblement National – cette droite qui ose dire son nom », parti d’extrême-droite fondé le 20 mai 1954 par Jean-Louis Tixier Vignancour, ancien secrétaire général adjoint à l’Information du Gouvernement de Vichy, pétainiste intégral, qui se présentera sous cette étiquette aux élections législatives de 1956 en vantant « la grandeur et la force morales qui se dégagent (…) d’un régime tel que Salazar » au Portugal.

Le Rassemblement National, c’est enfin l’étiquette sous laquelle Jean-Marie Le Pen s’est présenté aux élections législatives de 1986 et constituer un groupe parlementaire de 35 députés dont le seul programme était de restaurer la peine de mort en France, de dérembourser l’avortement et d’instaurer « la préférence nationale » dans la loi.

Marine Le Pen sait tout cela. Elle n’a pas choisi le nom de « Rassemblement National » par hasard et semble l’assumer, à l’image de son invité, Steeve Bannon, le cerveau de Trump, venu expliquer aux militants du FN que la diabolisation du FN était un excellent carburant électoral. Elle applique à la lettre l’aphorisme de Tancredi dans le « Guépard » : « pour que tout reste comme avant, il faut que tout change ». Le FN reste le FN et pour continuer à incarner l’extrême-droite, à défendre le suprémacisme, à hiérarchiser la nature : on change un nom par un autre, un autre dont les fantômes n’ont pas fini de hanter les drames de l’histoire de notre Nation.

5 réponses sur “De quoi le « Rassemblement National » est-il le nom ? ”

  1. honte à ces gens qui ne cherchent qu’à donner de la violence de la torture des conflits aux autres êtres vivants.ils sont en fait une espèce(il n’y a pas de races entre les humains) qui dégénère;ils seront aptes à partir dans le cosmos pour comprendre la vie ensemble

  2. Tout est dit dans le discours de « refondation » de MLP pour qui
    « l’appellation du mouvement En marche ! est en soi une profession de foi pour un nomadisme et un sans-frontiérisme », qui martèle qu’« être un marcheur, c’est être un nomade, tout comme le sont les migrants et les expatriés fiscaux », qui voit dans Jacques Attali « un prophète »… Papa est parti, mais fifille a bien repris le flambeau…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *