L’esclavage est un crime contre l’Humanité

En Libye, l’esclavage a reparu et l’Humanité y sombre, chaque jour un peu plus, dans la négation d’elle-même. Des réfugiés et des migrants sont vendus sur des marchés par des trafiquants et de contrebandiers, protégés par des milices armées et sous le regard impotent des autorités libyennes.

En 2017, des êtres humains sont de nouveau réduits à la servitude et à l’anéantissement de leurs droits les plus fondamentaux au point d’être vendus comme des marchandises, exploités comme du minerai, emprisonnés comme du bétail, traqués comme du gibier. Nous avons tous vu, ces derniers jours, les les visages défigurés par la peur de ces jeunes africains, au regard d’enfants perdus, racontant comment ils étaient parvenus à s’échapper à l’horreur.

Face à cela, l’indifférence, l’inaction ou le silence seraient complicité car, comme l’écrivait Abraham Lincoln, « si l’esclavage n’est pas mauvais alors rien n’est mauvais ». Le Président de la République a condamné ce qui est inscrit dans notre droit et nos textes les plus fondamentaux comme étant constitutif d’un crime contre l’Humanité. Au Conseil de sécurité, notre ambassadeur a invité, au nom de la France, la communauté internationale à utiliser tous les moyens du droit pour faire cesser ce crime perpétré sous nos yeux.

Si la France a tenu une parole ferme et claire, deux conclusions immédiates doivent être tirées de cette situation.

La première, c’est que la Cour Pénale Internationale doit être saisie directement, comme le prévoit le statut de Rome, par le Conseil de Sécurité. Tout concourt à ce qu’une enquête internationale soit ouverte dans les délais les plus brefs pour que la justice identifie, arrête et condamne les tortionnaires esclavagistes qui déshonorent nos valeurs universelles et violent les droits humains. Ces criminels doivent savoir que jamais plus ils ne connaîtront le repos et la tranquillité avant d’avoir été jugés équitablement et impartialement par un tribunal. L’effondrement institutionnel de la Libye et l’incapacité politique du pays à restaurer un Etat de droit digne de ce nom impose, comme le prévoient les textes internationaux, que la communauté internationale se substitue à Tripoli pour imposer la justice et la répression de ce crime contre l’Humanité commis, en masse, contre des populations identifiées et ciblées pour ce qu’elles sont : réfugiées, migrantes, sans abri, en fuite et sous la protection d’aucun Etat.

La seconde, c’est que nous ne pouvons plus longtemps mentir à notre devise. Beaucoup de réfugiés qui frappent à notre porte sont des survivants de cet enfer. En plus d’avoir dû quitter leur pays en raison des massacres, des persécutions et des guerres, ils arrivent jusqu’à nous après avoir échappé à la traite et à l’humiliation. Il n’est plus possible de tergiverser sur cette question et d’entendre sans réagir cette musique xénophobe et populiste lancinant qu’ils viendraient en Europe pour profiter, oisifs, de notre Etat providence. Si la France a dénoncé avec énergie le retour de l’esclavage en Libye, elle doit, avec la même ardeur tout faire pour accueillir les victimes de cette nouvelle barbarie. Il n’est pas possible de réclamer la condamnation des criminels contre l’Humanité sans, un instant, se poser la question de l’aide, du secours et de l’assistance que nous devons à leurs victimes. La promesse universaliste de la France est indivisible.

6 réponses sur “L’esclavage est un crime contre l’Humanité”

  1. pitié pour ces pauvres gens,ayez du coeur,imaginez que ce soit votre mère,votre père,vos femmes,vos hommes ………….vos enfants!!!!!!
    je ne trouve rien d autre à dire à tous ceux par qui le malheur et la honte existent……..et perdurent………

  2. Bravo tout est dit.
    Avec vous.
    J’héberge un migrant et en suit plusieurs autres. Depuis que cette information à été révélée alors que qui voulait le savoir le savait, ces jeunes migrants généralement pudiques se sont montrés très excités très énervés.
    Pour info.
    Bien cordialement

  3. Je partage cet excellent article qui nous incite, plus que jamais, à faire preuve d’une réelle fraternité, expression des hautes valeurs morales humanistes, se déclinant par une solidarité active et une hospitalité sans faille en direction des peuples qui sont en grande souffrance morale et victimes des pires violences.

  4. vous écrivez « Face à cela, l’indifférence, l’inaction ou le silence seraient complicité »
    mais depuis napoléon la France fait semblant de s’émouvoir du sort de ces pauvres êtres humains. napoléon a rétabli l’esclavage pour des raisons économiques. les esclaves haïtiens ont du racheter leur liberté à la France. les grandes fortunes bordelaises, nantaises etc se sont faites sur le dos de ces pauvres gens. ils ont servi de chair à canon en 14-18 en 39-45 et dans toutes les interventions coloniales et ont été rejetés par la france (avec un petit f) dès les guerres terminées. de gaulle et la france ont été incapables à la fin de la guerre de simplement reconnaitre leurs droits (tueries au Vietnam, en Algérie à setif, etc…).
    la france ainsi que d’autres pays peuvent dénoncer l’esclavage en lybie, elle en est responsable. dans quelles circonstances a été exécuté le dictateur Kadafi. N’est-ce pas tout bêtement pour que des versements occultes d’argent ne remontent pas à la surface?
    pourquoi tout ces massacres dans les pays où vivent ces pauvres gens sinon pour que nous puissions plus souvent remplacer nos téléviseurs et nos téléphones portables.
    les français baignent depuis très longtemps dans un racisme ordinaire et pensent le contraire de ce qu’ils disent.
    en lybie, on va poursuivre des pauvres types pour crime contre l’humanité mais on ne poursuivra jamais les responsables réels de ces crimes !
    dans 20 ans, 40 an, on s’offusquera toujours pendant que de pauvres êtres humains continuerons à être exterminés.

  5. Je lisais Bakhita quand j’ai entendu cette information …. J’ai cru que je me retrouvais à cette époque !
    Quelle horreur ! Comment l’être (soi disant) humain peut-il faire de telles choses. Même les animaux (soi disant) sauvages ne font jamais de telles choses.
    Je suis épouvantée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *